Naturopathe Réflexologue

CURE DE RAISINS

raisins

 

C’est le moment de faire une cure d’énergie ! La cure de raisins est une vraie ressource pour effectuer un grand nettoyage d’automne.

Distincte du jeûne, qui propose l’éviction de tout aliment, la cure de raisin fait partie des mono diètes, qui consistent à ne s’alimenter que d’un seul aliment.

Le raisin contient du potassium, phosphore, calcium, magnésium, des oligo-éléments, des glucides, des vitamines C, A, B1, B2, B5, P.

Le raisin doit être de qualité biologique. Il est recommandé de manger la peau, où se logent les fibres qui facilitent le transit intestinal, et les pépins contenant une bonne part des anti-oxydants. C’est le chasselas qui, par sa peau fine et sa teneur en sucre équilibré, convient le mieux, en alternance avec le muscat.

Loin de vouloir se restreindre, il faut manger à sa faim, alors n’hésitez pas à faire plusieurs petits repas, en prenant soin de mastiquer. Prévoyez en moyenne 1 à 2 kg de raisin par jour.

Les trois premiers jours de la cure, maux de tête, nausées, diarrhée, insomnies peuvent apparaître, ils sont les révélateurs de la mise en marche de l’élimination des toxines. Si ces symptômes perdurent au-delà de trois jours, c’est le signal que le corps n’arrive pas à suivre. Dans ce cas, il est préférable d’arrêter la cure. Pour éviter au possible ces désagréments, il est conseillé de préparer sa cure.

Les jours précédents, il s’agira d’alléger progressivement les repas en évitant viande, poisson, café, chocolat, puis les céréales, pour ne manger la veille au soir que des fruits et légumes

Les jours suivants la cure seront consacrés à réintroduire progressivement et dans l’ordre inverse les aliments évincés : d’abord légumes, puis céréales, puis protéines, au risque sinon d’avoir des maux de ventre. 

La première fois, ne dépassez pas 5 à 7 jours de cure intégrale, les fois prochaines, vous pourrez prolonger sachant que l’entrée dans cette cure de raisin devient plus facile chaque année. 

Contre-indications

La cure de raisin s’adresse à tous à l’exception des diabétiques et insulinodépendants, et est déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes. 

Laisser un commentaire